Created with Sketch.

Valérie Tonon, l'engagement d'une citoyenne !

Pourrais-tu nous dire qui tu es, dans la vie de tous les jours ?

Je m’appelle Valérie Tonon. Avant toute chose, je suis une maman… de deux petits garçons ! Je vis avec Jonathan Boulard, figure connue de notre folklore. Je suis enseignante depuis 2003 à  Dinant, en option vente. 

Avec mon compagnon, on s’investit dans différents groupements : la confrérie de Wandalino, les rois et reines…

On aime le contact humain et rencontrer des gens de partout.

Quel est ton métier ?

Je suis diplômée en comptabilité.

Enseignante, j’aime transférer les savoirs, découvrir les personnes et leurs histoires. Mes élèves ont de 17 à 20 ans (degré supérieur).

Quelle est ton histoire avec la commune et ton village ?

Originaire de Pondrôme, je suis arrivée à Wellin en 2001, où j’ai d’abord travaillé pour la banque Fortis durant 2 ans. Je connaissais déjà Wellin pour son côté folklorique et l’ambiance qu’on y retrouvait… Je pense notamment à « la Grange » que les anciens situeront.

Je devais d’abord louer pendant 3 ans à Wellin. Cela s’est toutefois vite transformé en 9 ans avant de déboucher sur un choix de vie : la construction de notre maison à Wellin, à l’aide des artisans locaux et leurs talents.

J’ai participé ces dernières années à la Commission Locale de Développement Rural, qui nous permet d’obtenir des subsides pour mener des projets citoyens. C’est un véritable exercice de démocratie avec les concitoyens, avec le bonheur de voir des projets se concrétiser ensuite.

Te présenter aux citoyens comme candidat, pour toi, ça représente quoi ?

Me présenter comme candidate, ça représente un investissement non négligeable. Toutefois j’aime connaitre les autres, leurs besoins, travailler au quotidien pour tous.

Je pense notamment aux jeunes indépendants, aux personnes plus faibles. Le patrimoine de notre commune m’est cher et je souhaite également le protéger.

Dans le programme, as-tu un point qui te tient particulièrement à cœur ?

Selon différents pôles je dirais : l’épicerie sociale, l’accompagnement des aînés et la poursuite des commissions de consultation citoyennes.

Une image vaut mieux que milles mots… 

J’ai choisi une image de mon règne parce qu’il m’a permis, durant un weekend, d’avoir cette chance d’être abordée par tous durant une expérience extraordinaire.